Rechercher

Sports de Compétition Adolescents et Sophrologie

Entre éducation parentale et éducation scolaire, le sport de compétition chez un adolescent, qu’il soit pratiqué en milieu collectif (basket, foot, hand, volley, rugby, hockey sur glace..) ou individuel (danse, gym, boxe, arts martiaux…) prend une place conséquente dans son quotidien ainsi que dans son développement personnel psychique et physique…

Rappelons que l’ado n’est plus un enfant, dès 12 ans (parfois un peu avant ou un peu après), celui-ci est confronté au monde qui l’entoure, c’est déjà bien le « bordel » dans son cerveau et dans son corps, du aux transformations durant cette période, ajoutons encore éducation sportive à éducation scolaire, parentale, sociale…

L’adolescent s’est créé un « monde », son « monde » ou il se complait et évolue à son propre rythme. Voyez ce monde comme son territoire, oui un nouveau territoire marqués de ses apprentissages, ses évolutions personnelles et sociales. Il le fabrique, le crée, le modifie, le fait grossir de ses idées, de ses influences, de ses formes, de ses couleurs… tout ce qu’il voit, lit, entend, ressens, apprend ; entrent progressivement dans ce monde qui lui appartient…parfois en douceur et parfois comme une grosse claque sans prévenir.

Reste à l’accompagner dans ses questionnements et également dans son épanouissement vers l’âge adulte.


Et le sport dans tous ça ? Collectif ou individuel ? La compétition ? Comment l’aborde-t-il?


A cette période qu’est l’adolescence, il n’est pas encore question de sport à haut niveau même si cela peut être déjà naissant dans l’esprit du jeune ou de son entourage. Cela va prendre de l’ampleur selon la motivation, la performance, l’intensité de la pratique et des résultats obtenus.


Dans une équipe, le sport se vit en unité, une cohésion, tous dans la compétition, tous ensemble, un même objectif, team building … blablabla? Dans la défaite comme dans la victoire, une équipe s'entraine, se prépare, se soutient, se motive, se réalise pleinement dans l’action que cela passe par l’entrainement ou la compétition.


Souvent ce n’est pas ce qu’il se passe réellement, malheureusement, et ce n’est pas une question de « type » de sport ou de sexe , non, il est question de relation sociale, de niveau, de compétences, de jugement, de comparaison au sein d’une même équipe… Vu sous cet angle, cela parait pas très bienveillant pour la construction d’un adolescent… mais cela est bien réel.


Parfois j’entends de leurs propres mots deux visions :


Qu’il soit collectif ou individuel cela passera par le jugement de soi:


« J’ai l’impression que je ralenti mon équipe…j’ai pas le niveau… je suis bidon » « je suis trop grosse » « je suis trop maigre » « je veux que mes parents soient fiers de moi » « j’ai peur du regard des autres, je crois qu’ils me détestent » « je suis vite fatigué après l’effort » « les équipes féminines c’est les pires… elles se crêpent le chignon, s’insultent dans les vestiaires, ou médisent à l’insu des unes et des autres… » « les mecs on est des bourrins entres nous, non seulement on s’insultent mais on n’hésite pas à se moquer des uns ou des autres ouvertement… »


Quelque soit le sexe et l'âge : mauvaise image de soi, des autres, humiliation, jugement, manque de confiance… c’est réel et souffrant pour ces jeunes en quête d’indépendance.

La question de la maturité n’a rien à voir également, il est vraiment question d’installer le bien-être dans une équipe, une confiance dans le jeu, une confiance humaine avec ses partenaires, créer une solidarité, une unité.

Fort heureusement les entraineurs et staff éducatif entourent ces jeunes, les valorisent leurs transmets le gout de la pratique sportive par la préparation physique, technique et tactique, ils ont conscience de ce mal-être vécu par les ados, il voient, entendent et se sentent parfois démunis face à certaines situations, ils sont forces de propositions à gérer au mieux et ça fonctionne plutôt bien sur le principe sportif de la compétition.


Et le principe du bien-être dans tous ça ? L’épanouissement personnel grâce au sport ?


Avoir « l’esprit de compétition » n’est pas un mal en collectif ou individuel? Bien au contraire c’est une force, un moteur dans l’évolution personnelle, l’adolescent devrait se permettre de réaliser que cette force est à son service et au service des autres dans une même équipe.


Aujourd’hui, commence à entrer dans certaines structures des projets liés au développement personnel pour accompagner les professionnels de haut niveau lors de compétition sportives : les pratiques telles la sophrologie, le yoga, la méditation…


Pourquoi ne pas en faire profiter les adolescents ?


Dans le domaine du sport à compétition chez les adolescents la sophrologie propose la préparation mentale sous toutes ses formes : physiques (fatigue, tension, douleur..), émotionnels (peur, colère, déception, tristesse…), cognitives (mouvements dans l’espace, concentration, visualisation…), relationnels (entourage, équipe, staff, entraineur…)


Elle participe aussi à la prise de conscience de son corps confronté également à des transformations physiques interne et externe importantes à l’adolescence (poussée hormonale, croissance intense,…)

La sophrologie propose à l’adolescent de développer avec plus de sérénité ses compétences et une préparation plus aisée de son mental. La pratique régulière et avant une compétition réduit le stress, l’anxiété et la pression de l’entourage.

Et pas que, des transformations s’opèrent au fil de l’apprentissage de la discipline parfaitement intégrée : gestion et contrôle émotionnel, lâcher prise, apprentissage de l'« essai-correction »,

concentration, mémorisation, développement de la confiance en soi, sommeil réparateur, récupération après l’effort plus rapide, renforcement de la motivation et des capacités déjà acquises… Que du bonheur quoi !


L’adolescent va apprendre à accueillir tous ses ressentis et les gérer plus facilement lors des entrainements et en compétition sportive individuelle ou collective.

En séance de groupe, il est proposé des techniques de relaxation mais aussi des techniques ludiques, présence des uns et des autres, prendre conscience de l’espace et coordination des mouvements. Adopter des techniques en groupe permet un échange, un partage de ressentis et une véritable connexion avec soi et les autres.


L’équipe vit le moment présent, il n’est plus question de jugement et de comparaison pour soi et avec les autres, respecter l’autre c’est se respecter soi avant tout : l’esprit d’équipe commence ici.


La sophrologie propose des techniques très simples offrant et favorisant un nouvel épanouissement à l’adolescent quelque soit la pratique sportive collective ou individuelle.


Christelle Champigny

Sophrologue

Spécialisée enfants et adolescents


Messages d’adolescents sport collectif ou individuel après quelques séances:


Tom, 14 ans, évoluant dans un club de sport collectif (pratique en groupe sophrologie) :

« Apprendre à viser haut, ok, apprendre la défaite c’est ok aussi, je me le répète dans ma tête à chaque entrainement, j'ai saoulé les copains avec ça, du coup c'est devenu notre cri avant chaque compétition! »


Clara, 14 ans et demi, gymnaste (pratique individuelle sophrologie et groupe yoga) :

« depuis que je connais mieux mon corps, c’est plus souple dans ma tête aussi »


Mathéo, 15 ans – sport collectif (pratique individuelle et groupe sophrologie):

« j’ai réussi à dire à mes parents qu’ils me stressaient pendant les entrainements, du coup mon père ne crie plus pendant les matchs, il me tape l’épaule avant, la dernière fois il m’a demandé s’il pouvait crier doucement, ça lui manque et il a l’impression de pas me soutenir s’il le fait pas, lol, j’ai dit ok papa sans bruit alors ! »


Lucie, 12 ans – danse classique (pratique individuelle sophrologie et groupe yoga) :

« je n’ai jamais douté de mes capacités de danseuse, mais j'avais peur des regards de ma prof et de ma mère à chaque fois que je faisais un faux pas, du coup j’en faisais et ça me mettait en stress, maintenant quand je fais des erreurs je ne m’excuse plus, je recommence »


Merci à eux pour leur témoignage!

​© 2020 CC-SOPHROLOGIE13 . Christelle Champigny . Sophrologue à Marseille. ccsophrologie13@gmail.com . 06 59 20 53 74 - Siret 835 255 613 00019